Champel         Malagnou

 

La paroisse de Champel-Malagnou, qui compte environ 2’800 foyers, a été constituée en 2000 par la fusion de la paroisse de Champel et de celle de Malagnou, deux paroisses à l’histoire assez semblable. Avec l’Arve, les Eaux-Vives, la Madeleine (paroisse suisse-allemande), Saint-Pierre-Fusterie et l’Espace Fusterie, la paroisse forme la région Ville Rive gauche.


Champel
La paroisse a été créée officiellement en 1944, au moment où la paroisse de Plainpalais a été divisée en en trois paroisses distinctes : Champel, Plainpalais et Jonction, ces deux dernières formant maintenant la paroisse de l’Arve.
Cependant le temple de Champel avait déjà été construit, en 1934. En 1968-1969, les architectes René Koechlin et Marc Mozer transforment le temple et lui accolent des locaux paroissiaux et une chapelle, en faisant un centre paroissial complet. Les bâtiments, très visible du plateau de Champel, sont ouverts sur un patio accueillant. Le plateau de Champel est actuellement en travaux, pour accueillir une halte CFF (CEVA) dès décembre 2019.


Malagnou
La paroisse de Malagnou a été officiellement détachée de la paroisse des Eaux-Vives en 1956. L’histoire de la paroisse commence cependant déjà en 1951 avec la création d’un Centre de Malagnou dans une villa au 2, chemin Rieu, des cultes dominicaux y sont célébrés dès 1953. En 1958, le concours pour la construction d’un centre paroissial est remporté par les architectes Michel et Gilbert Frey, mais le projet ne pourra être exécuté que 12 ans plus tard. En 1962 la paroisse déménage dans la villa 3, chemin Rieu, sur le terrain où le centre paroissial sera construit.
Le centre paroissial de Malagnou, finalement construit en 1970-71, est constitué par cinq prismes hexagonaux et se caractérise par ses murs de brique apparente. Le temple, éclairé seulement par des vitraux de Bodjol et des jours zénithaux, est tourné vers Dieu, alors que le foyer, éclairé par de nombreuses baies vitrées est tourné vers les hommes.
Depuis environ 40 ans, les deux centres paroissiaux permettent à chacun d’écouter la parole de Dieu, de vivre en communion par le culte et de faire des rencontres dans des activités conviviales. Chacun y est le bienvenu.


Œcuménisme
Nous rencontrons souvent nos voisins de la paroisse catholique de Sainte-Thérèse et particulièrement son curé ll’abbé Thierry Fouet. Le pèlerinage de confiance de Taizé en 2007 a été l’occasion d’une intense collaboration, que nous poursuivons avec une prière mensuelle.
Les enfants des deux paroisses fêtent Noël ensemble- Lors de Semaine de l’Unité en janvier  et au Jeûne fédéral nous partageons une célébration dominicale commune alternativement à l’église Sainte-Thérèse et au temple de Champel.


Région Ville Rive gauche

Avec les paroisses de l’Arve, Eaux-Vives, Madeleine (paroisse suisse-allemande), Saint-Pierre et l’Espace Fusterie, nous formons la région Ville Rive gauche. Les collaborations entre les différentes paroisses se mettent lentement en place. Par exemple, les activités pour l’enfance et la jeunesse se font entièrement en région.